Plus les moyens sont limités, plus l’expression est forte. (Pierre Soulages)

Quand on regarde les oeuvres de l’artiste: la lumière, le noir… on est touché. Et, pour un potier, cette limitation des moyens peut-elle être féconde?

Evidemment, dix mots ne peuvent ni tout résumer, ni tout englober. La maxime ne peut non plus convenir à toutes les démarches. Cependant,  elle me parle, à moi et sans doute à bien d’autres. Au début, on croit avoir besoin de nombreux matériaux, de multiples outils. On recopie nombre de recettes. On entasse moult choses diverses et … au bout de 35 ans d’activité, une grosse partie de ce dont on s’est embarrassé dort encore sous une couche de poussière. Peut-être (inconsciemment?) a-t-on cru que l’accumulation et la multiplication des produits, des matériaux,  des outils… ouvriraient de grandes fenêtres à l’expression.

C’est peut-être le contraire. L’utilisation du tour limite déjà les formes; la terre ne peut tout supporter. Le temps d’une pièce sur le tour est limité avant quelle ne s’affaisse. Les formes « tournent » nécessairement « autour » du cercle, de la sphère. Les lignes ne sont pas toutes permises mais le nombre de possibilités est infini. Depuis des millénaires les potier(e)s tournent des bols, presque tous différents; et ils n’ont pas encore épuisé le sujet. Et pourtant, quoi de plus simple qu’un bol?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

bol cuit au bois, émail magnésien

Quant à l’émail? Point n’est besoin d’une composition compliquée pour obtenir une glaçure intéressante sur un grès ou une porcelaine. C’est ce que nous apprend Daniel de Montmollin. C’est aussi le message que j’essaie de faire passer lors de mes stages d’initiation aux émaux hautes températures. Souvent, deux ou trois matériaux (roche ou cendre) peuvent suffire. Parfois même, un seul!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

assiette, émail à la cendre de résineux

Sur cette assiette, la composition de l’émail est très simple: cendre (100), silice (60) et feldspath (- de 10). Le résultat: des petites nucléations et des variations de couleurs dues à l’épaisseur inégale et à la présence de fer dans la cendre.

Bannière Hubert 9

Je renvoie aux pièces de Shoji Hamada ou de Bernard Leach qui pourraient abondamment illustrer le propos.

Publicités

stage d’initiation aux émaux haute température

Ils sont trois à rejoindre Ard’huy (43200 Yssingeaux) ce lundi 30 novembre: Annie, Adélaïde et Olivier. Tous trois motivés pour une semaine de travail et de recherche sur les émaux hautes températures.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le lundi matin, je commence par une présentation des objectifs. Puis je dépose sur la table les minéraux de base nécessaires pour fabriquer ses premiers émaux: feldspath, silice, chaux, kaolin, talc, oxyde de fer.Avec tout cela, on peut déjà faire pas mal de choses; encore faut-il savoir les associer. Je précise la place de chacun sur le tableau tripartite et l’importance de ce dernier dans la compréhension:

oxydes basiques – amphotères – oxyde acide.


Du triangle au calcul moléculaire


Premier exercice pratique: une recherche en triangle où l’on fait varier trois éléments. Premier exemple: wollastonite, feldspath et ocre. Chacun trouve sa place: pesée, mélange… les essais s’alignent. On passe ensuite au diopside pour pouvoir distinguer la différence entre chaux et magnésie. Puis on testera, toujours avec la même méthode empirique du triangle, une cendre de bois dur et une cendre de résineux

Mercredi en fin d’après-midi, c’est l’enfournement. Les essais prennent place avec mes pièces et celles de l’atelier du lundi à Yssingeaux.Le jeudi est consacré à la cuisson. Lors de temps libres, Adélaïde s’essaie au tournage tandis qu’Olivier monte quelques pièces sur le second tour.triangle wollastonite

Une série d’essais où nous avons fait varier wollastonite, feldspath et ocre.


Les deux derniers jours sont consacrés au calcul moléculaire. Un premier temps d’explication, un second pour des premiers calculs et un troisième pour des essais. Nous avons choisi un diagramme classique: le 33 (cf: Pratique des émaux de grès de Daniel de Montmollin) . En faisant varier tour à tour l’alumine, la silice et l’oxyde de fer, nous espérons nous approcher d’un céladon et d’un tenmoku.


Une belle rencontre studieuse et détendue.


Cette semaine fut l’occasion de discussions autour de l’émail et de bien d’autres sujets. Je les remercie tous les trois pour leur attention, leur bonne humeur et le sérieux du travail accompli. Nous avons produit plus de 150 essais. Parmi eux, chacun trouvera déjà de quoi émailler des pièces et j’espère que ce sera le début pour tous d’un travail fécond de recherche.

Je remercie Monique pour ses repas qui ont contribué largement à la bonne ambiance de la semaine.


J’anime donc, à la demande, des stages pour s’initier au tournage et/ou à la fabrication d’émaux haute température. L’objectif du stage émail est de produire des émaux personnels, bon marché, avec un nombre très limité de matériaux (roches et cendres) et en même temps de s’initier à des méthodes efficaces de recherche avec lesquelles on pourra progresser. Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à me contacter.

Il est aussi possible de combiner tournage (le matin) et émail (l’aprés-midi).

Voir les conditions sur mon site: http://www.poterie-ardhuy.fr/stages.php

N’hésitez pas à me contacter par mail ou par téléphone.

Les prochains stages pourront avoir lieu entre le 1er octobre et le 10 novembre 2018 (exceptée la semaine 44, entre le 29 octobre et le 4 novembre). Un stage possible pendant la dernière quinzaine d’août ?

Un stage (émail) est programmé du samedi 6 octobre au vendredi 12 octobre. Il reste des places.